Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Ondres d’hier à aujourd’hui… La petite histoire du tennis à Ondres

C’est en 1978 que la municipalité d’Ondres décide de construire deux courts de tennis dans l’enceinte du stade de rugby. Et c’est à la demande de Francis Lartigau, maire d’Ondres, que nous constituons en mars 1981 une équipe chargée de faire vivre cet équipement et surtout de le mettre à la disposition de tous les ondrais.
Privilégiant le tennis loisir, nous choisissons de nous constituer en section du Foyer d’Éducation Populaire d’Ondres, avec notamment le concours de Mesdames Brois et Kosarek. L’ambiance est très conviviale et les tournois internes sont des occasions de rencontres amicales, ce qui n’empêche pas l’acharnement de certains à gagner leurs matchs et la constance d’autres à regretter que le style ne soit pas noté. On se souvient notamment des colères du regretté Robert Bisbau qui ne comprenait pas comment il pouvait perdre devant certains joueurs qui tenaient leur raquette comme une poêle à frire.
La demande des jeunes pousses étant fortes, trois d’entre nous (Denise Suberbie, Pierre Joanteguy et moimême) sommes allés suivre des stages de formation de moniteur de tennis. Les cours du mercredi et du samedi étaient très chargés et très animés. Les séances du samedi, notamment avec les soeurs Bourrel et Castets, se terminaient régulièrement par une dégustation de gâteaux confectionnés par ces demoiselles.
La victoire de Yannick Noah à Roland Garros en 1983 a donné un formidable élan à la pratique du tennis et la demande de compétition s’est faite de plus en plus forte.
Sous l’impulsion de Philippe Comet, responsable de 1984 à 1995, la section tennis va considérablement se développer. En 1986, des équipes sont engagées dans les compétitions régionales avec l’arrivée de Pierre Levêque qui va permettre d’assurer un encadrement technique et humain de très grande qualité. En 1988 deux cours supplémentaires de tennis seront construits par la municipalité. En 1989 est créé un tournoi ouvert à tous les licenciés de la Fédération Française de Tennis, tournoi qui s’imposera comme une étape incontournable du circuit estival régional, comme l’atteste la présence répétée de Francis Cabrel (comme compétiteur…).
Le développement des activités et les impératifs de la gestion vont conduire à transformer la section tennis du FEP en association autonome : le 4 avril 1995 se tient l’Assemblée Constitutive du Tennis Club Ondrais. C’est en 1996 que le petit chalet d’accueil sera remplacé par le « Club House » actuel, résultat de la transformation de la maison Poirier et qui permettra de disposer d’équipements conformes aux exigences de la FFT.
Sous le regard toujours bienveillant de Pierre Levêque et sous les présidences successives d’Alain Bouygues, Jérôme Laclau, Franck Baron et, depuis 2009, Michel Lubrano, l’activité tennis d’Ondres a confirmé qu’elle tient une place de choix dans la vie de notre village et qu’elle a su grandir avec lui. La réfection actuelle des deux courts les plus anciens est la reconnaissance par la municipalité d’Ondres de la valeur sociale d’un sport qui pendant très longtemps a été réservé à une minorité.

Bernard Contamin
Responsable de la section tennis du FEP de mars 1981 à octobre 1984


Pierre LEVEQUE, un monument du tennis Ondrais

Dans chaque village, dans chaque association se cache un monument qui oeuvre, en général, dans la plus grande discrétion. Au sein du tennis Club d’Ondres, ce monument se nomme Pierre LEVEQUE.
Dire de Pierre qu’il est un enfant de la balle est un doux euphémisme. De sa naissance en 1921 jusqu’à son active retraite au sein de notre club, il vit par et pour le tennis. Il débute le tennis à 5 ans, dans la douceur de Boghar, au sud d’Alger, et devient au fil du temps et des oppositions un joueur de bon niveau.
En 1939, il a 18 ans lorsque le second conflit mondial éclate. Son engagement dans la guerre met ses ambitions tennistiques entre parenthèses. La parenthèse se  poursuit durant sa vie professionnelle. Ingénieur système auprès de la Direction Générale de l’Aviation Civile, il consacre néanmoins son temps disponible à sa passion, le tennis. Il forge ses armes d’éducateur à l’INSEEP, intervenant dans les clubs de la Région Parisienne.
Il pose ses valises de jeune retraité à Ondres, dans l’impasse du Turc, en 1986, se rapprochant ainsi de ses enfants. Il entre dans la vie du club dans la foulée, pour ne jamais plus en sortir.
À l’heure où le bénévolat est devenu, du fait de sa rareté, un bien extrêmement précieux, Pierre est un phénomène. Depuis près d’un quart de siècle, il met ses compétences et son énergie au service d’un club qu’il chérit. Il a formé et a transmis sa passion du tennis à de très nombreux jeunes Ondrais dont certains, comme moi, en ont fait leur métier.
L’école de tennis, c’est sa vie. Pierre Lévèque, c’est l’école de tennis. Si, comme le dit l’adage, « le sport, c’est la santé », alors le TC Ondres en détient la preuve vivante !
À 89 ans, Pierre inonde toujours notre club de son sourire et de sa passion. Et nous l’espérons tous, pour encore longtemps !

Vincent VIDONDO
PHOTO : Pierre LEVEQUE

Les commentaires sont fermés.





Lu dans le quotidien Sud Ouest :