Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Centenaire de l’AS Ondres

L’adage dit que l’histoire est un éternel recommencement. Quand celle de l’AS Ondres a débuté en 1911, nul ne songeait qu’un jour de 2011 le club entrerait dans l’éternité. Le samedi 14 mai dernier, c’est sur le terrain que l’AS Ondres a été décrocher son centenaire, avec une envie intacte, la passion au sens noble et une ferveur populaire qui fut le plus beau des hommages.

ASO - Matches du centenaireSur le pré du stade René Dicharry d’abord – presque septuagénaire – où huit équipes se sont affrontées dans un tournoi de Flag Rugby aussi indécis que déridé car pas loin de cinquante années séparaient les plus jeunes des anciens.
Réunir cent joueurs pour cent ans… Ce premier défi fut brillamment relevé et sans heurts particuliers : aucune sortie sur saignement mais quelques vieilles crampes et d’horribles grimaces, hors d’âge, non signalées par l’arbitre mais qu’on n’oubliera pas d’avertir ici.
A ce compte-là, où l’expérience se mesurait autant à la capacité à faire tourner l’effectif qu’à celle de se relayer main-main à la buvette, les seniors firent preuve d’une singulière permanence et s’adjugèrent logiquement la coupe du centenaire tandis que les juniors prirent – sobrement – leur revanche à la consolante.

Mais c’est un peu plus tard, sans qu’on puisse précisément dire quand, que fut conquise l’éternité…
ASO - Le banquet du centenaire Car ils étaient cinq cent attablés au banquet du centenaire, salle Capranie ! Cinq cent convives pour honorer la mémoire séculaire du rugby de village, ce patrimoine unique et si précieux qu’aucune notice comptable, fût-elle sportive, ne saurait évaluer, sauf à imaginer qu’un jour on réussisse à puiser dans les âmes pour apprécier les valeurs de l’amitié et de la solidarité. Moment d’émotion souligné par le maire, Bernard Corrihons, qui se rappelait avoir porté le « numéro le plus petit inscrit sur son maillot » mais qui assurait l’avoir surtout gravé dans son cœur. 
Cinq cent fidèles pour transmettre ce désir d’immortalité, pour que l’histoire recommence, pour une passe et un clin d’œil aux suivants, pour que cette tunique rouge et blanche continue de traverser les âges sans jamais oublier ses premiers combattants.

Une ovation à tous ceux-là !

Les gagnants de la bourriche
1. Dominique Carty (1TV)
2. Michel Péry (1 micro-ondes)
3. Julien Gafary (1 lecteur DVD)
4. Jean-Michel Lafourcade (2 repas à Larrendart)
5. M. Monfougas (lot surprise Oyharçabal)
6. Fernand Peyresaubes (1 filet garni Vival)
7. Nicolas Darriet (lot surprise : 1 chèvre…)

ASO L'équipe 1925-1930

ASO L'équipe 1925-1930

 

 

 

L’adage dit que l’histoire est un éternel recommencement. Quand celle de l’AS Ondres a débuté en 1911, nul ne songeait qu’un jour de 2011 le club entrerait dans l’éternité. Le samedi 14 mai dernier, c’est sur le terrain que l’AS Ondres a été décrocher son centenaire, avec une envie intacte, la passion au sens noble et une ferveur populaire qui fut le plus beau des hommages.

Sur le pré du stade René Dicharry d’abord – presque septuagénaire – où huit équipes se sont affrontées dans un tournoi de Flag Rugby aussi indécis que déridé car pas loin de cinquante années séparaient les plus jeunes des anciens.

Réunir cent joueurs pour cent ans… Ce premier défi fut brillamment relevé et sans heurts particuliers : aucune sortie sur saignement mais quelques vieilles crampes et d’horribles grimaces, hors d’âge, non signalées par l’arbitre mais qu’on n’oubliera pas d’avertir ici.

A ce compte-là, où l’expérience se mesurait autant à la capacité à faire tourner l’effectif qu’à celle de se relayer main-main à la buvette, les seniors firent preuve d’une singulière permanence et s’adjugèrent logiquement la coupe du centenaire tandis que les juniors prirent – sobrement – leur revanche à la consolante.

Mais c’est un peu plus tard, sans qu’on puisse précisément dire quand, que fut conquise l’éternité…

Car ils étaient cinq cent attablés au banquet du centenaire, salle Capranie ! Cinq cent convives pour honorer la mémoire séculaire du rugby de village, ce patrimoine unique et si précieux qu’aucune notice comptable, fût-elle sportive, ne saurait évaluer, sauf à imaginer qu’un jour on réussisse à puiser dans les âmes pour apprécier les valeurs de l’amitié et de la solidarité. Moment d’émotion souligné par le maire, Bernard Corrihons, qui se rappelait avoir porté le « numéro le plus petit inscrit sur son maillot » mais qui assurait l’avoir surtout gravé dans son cœur.

Cinq cent fidèles pour transmettre ce désir d’immortalité, pour que l’histoire recommence, pour une passe et un clin d’œil aux suivants, pour que cette tunique rouge et blanche continue de traverser les âges sans jamais oublier ses premiers combattants.

Une ovation à tous ceux-là !

Les gagnants de la bourriche

1. Dominique Carty (1TV)

2. Michel Péry (1 micro-ondes)

3. Julien Gafary (1 lecteur DVD)

4. Jean-Michel Lafourcade (2 repas à Larrendart)

5. M. Monfougas (lot surprise Oyharçabal)

6. Fernand Peyresaubes (1 filet garni Vival)

7. Nicolas Darriet (lot surprise : 1 chèvre…)

Les commentaires sont fermés.





Lu dans le quotidien Sud Ouest :