Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Un nouveau « Plan de Référence » pour la commune

Mercredi 11 mai se tenait, salle Capranie, la première réunion publique consacrée au projet de ville à l’horizon 2020, une volonté réaffirmée des élus de faire participer les habitants à la réflexion sur le développement de la commune en termes d’organisation des espaces publics, des transports et de l’habitat.

En préambule, le maire d’Ondres, M. Bernard Corrihons, a rappelé les contraintes de la pression démographique – près de 1 000 nouveaux habitants en dix ans, le double à accueillir les dix prochaines années –  et la nécessité de revoir les modes d’accueil : trop de logements privés, petits, chers et trop peu de logements sociaux. L’asphyxie guette la commune si elle ne révise pas sa politique du logement. Soulignant que « nos enfants en devenant adultes souhaitent aussi s’installer à Ondres », le maire a dressé les enjeux de la réflexion en cours : préserver notre cadre de vie et notre patrimoine naturel, améliorer l’organisation de la ville et les déplacements, construire des logements accessibles et de nouveaux équipements publics.

SCOT de l'agglomération bayonnaiseLa directrice du SCOT (Schéma de cohérence territoriale*) de l’agglomération bayonnaise, Katia Emerand, a pour sa part présenté les enjeux de développement à l’échelle du bassin de vie. Ondres est une des 48 communes qui composent un plus vaste ensemble de 215 000 habitants.

Le développement d’Ondres est intimement lié à ses voisines et l’exigence la plus forte reste celle du développement durable. « La diversité de nos territoires est une richesse », a souligné Katia Emerand, pour qui il faut « changer de modèle et refaire confiance à la proximité ».

Au cœur de cette prospective : le déploiement d’un réseau de transport collectif pour soulager les 625 000 déplacements quotidiens constatés aujourd’hui (lire, plus bas, les chiffres ondrais des transports).

Plus technique fut la présentation du travail réalisé par les urbanistes de l’AUDAP (Agence d’urbanisme atlantique et pyrénées). Il s’agissait de présenter aux Ondrais un « Plan de Référence », c’est-à-dire une étude définissant les grands axes d’urbanisation futurs, ses contraintes et aussi ses opportunités.

En résumé, les recommandations formulées par l’AUDAP sont les suivantes : requalifier le cœur de ville autour d’un boulevard urbain plus favorable aux déplacements doux, poursuivre la construction d’équipements publics (écoles et centre de loisirs notamment) en centre-ville dans la dynamique de proximité du « réseau » actuel (accessible à pied, en vélo), et favoriser les liaisons entre les quartiers dans les futurs projets d’habitat. Pour la partie ouest de la commune – vers la plage – les urbanistes appuient l’idée de créer un cœur de quartier touristique près de Las Nazas et de valoriser l’espace littoral par un Plan Plage dont les aménagements seraient totalement intégrés dans le cadre naturel (pas d’urbanisation sauvage, mais au contraire un embellissement du site). Autres aspects notables des résultats de cette étude, l’affirmation d’un véritable pôle d’équipements sportifs est confortée autour du Stade Dichary et, dans un futur plus lointain, s’annonce une desserte plus fréquente de l’actuel arrêt ferroviaire.

Réunion publique du 11 mai 2011Eric Guilloteau, maire adjoint, a répondu à certaines questions concernant les coefficients d’occupation des sols fixés dans le PLU, rappelant que ceux-ci étaient directement issus de la loi SRU. « De fait, la commune d’Ondres ne peut empêcher les projets de promotion immobilière quand ceux-ci se réalisent sur des terrains privés ; en revanche, elle a le devoir de ne plus subir les affres du marché immobilier, en y répondant par une offre de logements adéquate. C’est ce que nous faisons en créant une ZAC logement à l’est de la commune qui accueillera bientôt un éco-quartier », a fait remarquer l’élu.

La municipalité a programmé le jeudi 9 juin prochain une deuxième réunion publique pour débuter la concertation autour du projet de ZAC à vocation habitat, dont les études ont été pilotées par la SATEL.

* Le SCOT est un outil de planification nouvelle génération issu de la loi SRU du 13 décembre 2000 ; il doit répondre aux enjeux de coordination du développement à l’échelle du bassin de vie. Le SCOT est l’expression d’un projet politique partagé. Il associe les habitants et les acteurs de la société civile. Il devient un document d’urbanisme dont les orientations devront être reprises dans le PLU à l’échelle communale.

* Ondres compte 1882 actifs, dont 1660 travaillent hors de la commune. 50 % se déplacent à destination de Bayonne-Anglet-Biarritz, 16% vers Tarnos (sources RGP 2006).
80% des déplacements se font en voiture. La distance moyenne parcourue est faible : 3,8 km, pour une durée moyenne de 19 mn. On compte entre 3,5 et 4 déplacements jour/personne. En outre, le motif domicile/travail ne couvre que 17% des déplacements.

* Consulter aussi : le Vade-mecum pour un urbanisme durable dans les Pyrénées-Atlantiques et le sud des Landes

Les commentaires sont fermés.





Lu dans le quotidien Sud Ouest :