Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Magazine municipal de juin 2011 – Editorial du maire

La distribution du magazine municipal de juin va débuter. Retrouvez-le très bientôt dans votre boîte aux lettres. Le magazine d’Ondres et ses archives vous sont en permanence accessibles.


EDITORIAL DE JUIN 2011 – L’histoire qui parfois se montre facétieuse et légère retiendra de ce premier semestre son mois d’août en avril et son record de bronzage précoce.
Puisse-t-elle se souvenir surtout que ce printemps fut aussi celui de tant d’excès, ceux des prix de l’essence, ceux des victimes de la route, ceux de la souffrance au travail, et tant d’autres encore, les moindres n’étant pas les écarts de langage et même de conduite.
Puisse-t-elle enfin se souvenir de cette flamme encore fragile et vacillante qui a traversé les peuples et sa lueur de liberté.

Ondres n’a pas échappé ni au record de chaleur ni à celui du bronzage, mais, de toutes les chaleurs, celle que l’on retiendra est celle qui a présidé au centenaire de l’A.S.O. Moment intime de la famille du rugby, moment signifiant de la continuité d’une ville, de sa cohésion, de la permanence de son identité généreuse et ouverte aux évolutions de son histoire.

Une histoire qui, en ce premier semestre a parcouru les premières phases de son nouveau chapitre avec les lourds dossiers qui arrivent à éclosion : le plan plage et l’offre touristique, l’habitat et la zone d’aménagement concerté, le parc commercial et les toutes premières signatures.
Travail de dossier long et fastidieux, semé d’embûches et d’aléas, travail enfin préalable à toutes concertations. Des concertations qui se sont ouvertes en ce premier semestre par de nombreuses réunions, et qui se poursuivront pendant longtemps encore.
Nul besoin d’être grand observateur, pour percevoir adhésion et aussi inquiétude. Cela oblige au devoir de poursuivre, cela oblige au devoir d’expliquer, cela oblige enfin au devoir d’entendre. Cela oblige surtout les acteurs, tous les acteurs, au devoir de vérité. Ainsi, l’histoire d’Ondres continuera d’être belle.

Pour l’heure, les mois d’été arrivant, pendant que les acteurs du tourisme s’activent sur le pont, le temps est venu de la parenthèse, de la pause et… pourquoi pas du ton badin.
Puisse l’histoire parfois facétieuse et légère ne pas retenir que cet été a connu son mois d’avril au mois d’août.
Bonnes vacances à toutes et à tous.

Bernard CORRIHONS
Maire d’Ondres

 

Les commentaires sont fermés.





Lu dans le quotidien Sud Ouest :