Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Les 35 ans du bulletin municipal

Communiquer… C’est l’ambition de tout élu municipal qui s’y essaye toujours, souvent sans compétence, quelquefois sans talent. Communiquer… C’est l’attente des citoyens qui en demandent toujours, souvent sans complaisance, quelquefois sans conscience de la difficulté. Bref, la communication, voilà un sujet qui fait partout, en tous lieux et de tous les bords, consensus unanime. 
Le bulletin municipal fête, en ce mois de mars, ses 35 ans… 35 ans d’efforts renouvelés, 35 ans de stress de la page blanche, 35 ans de créativité et d’inventivité…35 ans d’heures de travail pour quelques minutes de lecture. On est bien loin aujourd’hui du modeste bulletin du tout début…
Il a bien souvent changé de nom passant d’Activités Municipales à Info Ondres aujourd’hui ; il a bien souvent changé de fréquence, passant de trois fois par an à six fois l’an, quelquefois à 5 fois… Il a bien souvent changé de volume passant d’une vingtaine de pages à quatre ou six pages pour en être aujourd’hui à une trentaine de pages… Il a bien souvent changé de technique passant de la vieille Ronéo Gestetner à duplication manuelle, à l’impression monochrome puis à la bichromie et enfin à la quadrichromie.
Une seule chose, elle, a gardé sa permanence, la somme de travail et la constance dans l’effort.
Heureusement, à sa guise, chacun pourrait raconter une foule d’anecdotes donnant bien du piquant à cet effort.
Comment ne pas se souvenir de cette Gestetner, dont l’encre se répandait un peu sur la feuille et beaucoup sur le corps et les vêtements, transformant l’opérateur en véritable Olentzero.  Comment ne pas se souvenir de ces séances de nuit où feuille après feuille on assemblait le bulletin… Comment ne pas se souvenir de l’agilité manuelle de certains habitués des forges ou des travaux publics… Comment ne pas se souvenir des Charlot et Basile, doigts gourds mais langue bien pendue qui tout en tournant autour de la table, tels des forçats de Cayenne, vous contaient Ondres par tous ses coins et ses recoins, ses histoires secrètes que tout le monde connaissait…
Aujourd’hui, tout a changé… On vous parle site Internet ou encore webcam. Une chose pourtant demeure… Hier les textes arrivaient toujours en retard, aujourd’hui ils n’arrivent jamais à l’heure. Vraiment on n’arrête pas le progrès.

Les commentaires sont fermés.





Lu dans le quotidien Sud Ouest :