Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Parution du magazine municipal de décembre 2012 – N°50

Info Ondres N°50Le magazine municipal N° 50 est paru et en cours de distribution dans les boîtes aux lettres (un calendrier 2013 est glissé dans ce numéro).

Au sommaire, entre autres, l’inauguration du jardin public, l’aménagement des voies de Beyres, Choy et Piron soumis à la concertation, un point d’étape sur le pôle commercial des Allées Shopping, un autre sur le projet politique global de la ville (dossier), les actualités de la vie associative, sans oublier l’affiche culturelle du moment avec la venue de Juliette Gréco à Ondres le 12 janvier prochain (photo de couverture – Attention il ne reste quasiment plus de places).

Bonne réception et bonne lecture à tou(tes).

Vous pouvez aussi le consulter en ligne…


Voici l’éditorial du maire pour cette édition :

À en croire les impatients, les mêmes d’ailleurs qui nous reprochent l’imprudence, Ondres devrait se faire en un jour et, bien sûr à moindre coût, pour ne pas dire sans dépense.
La récente inauguration du jardin public nous a conduit, l’espace d’un discours à mesurer le temps d’un long projet. Qu’on en juge !
L’idée de rénover le centre-bourg remonte au milieu des années 80, puis Larrendart, l’opération commerce habitat, la place, la salle Capranie, la Maison de la Petite Enfance… J’en passe assurément, mais là n’est pas l’important.
Ce jardin public, c’est le dernier effort, la cerise sur un gâteau débuté il y a 25 ans.
25 ans pour un projet symbole de continuité, de volonté, de créativité.
25 ans qui ne furent ni une sinécure, ni un long fleuve tranquille
25 ans de discussions, mises en cause, impatiences, critiques, 25 ans en un mot de vie locale, celle qui crée l’identité et le sentiment d’appartenance. Et puis, 25 ans pour un résultat de bien bonne facture.
Ondres, bien sûr ne s’est pas faite en un jour. À regarder son histoire, outre le temps mis pour chacun des projets, on ne peut qu’être frappé par les accélérations qu’elle a souvent connues.
Que l’on en juge par ces quelques exemples….
En 1880, les écoles, la mairie, l’église – constitutives d’un premier centre-bourg.
1936, la FALEP et sa colo « Les Maynadyes », reconnue dans les Landes, la salle des fêtes et son fronton constitutifs de la Place Richard Feuillet.
1970, l’adduction d’eau et l’assainissement qui quarante ans après se termine….
Des projets, chaque période, donc, en regorge…adaptés à leur temps, où nés de l’intuition des élus et de la population, ils ont été l’essence de notre commune parce que conçus par elle et pour elle.
Un cycle aujourd’hui se termine, un autre se présente lié à l’attractivité de notre commune, aux attentes nouvelles, aux nécessaires adaptations, lié aussi aux besoins de développement économique, aux besoins de mixité sociale, à l’amélioration de l’accueil, lié enfin à la préservation d’une qualité de vie reçue comme un pactole… Dès lors, un nouveau bail s’ouvre à nous, 25 ans, peut-être davantage. Ce seront 25 ans, en un mot de vie locale. Dans ce contexte qui forcément bouscule, j’en connais qui se font les experts en craintes de tout ordre, là où Ondres attend vision et foi en l’avenir.
C’est ainsi que l’on fera Ondres toujours aussi belle, sans doute pas comme elle l’était avant mais sûrement autant qu’elle le fut auparavant, c’est ainsi que Ondres sera ville pour tous et pour chacun.
Je n’en oublie pas pour autant que le temps aujourd’hui estt au présent. À toutes et à tous, je présente mes meilleurs vœux pour l’année 2013.

Bernard CORRIHONS
Maire d’Ondres

Les commentaires sont fermés.





Lu dans le quotidien Sud Ouest :