Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Parution du magazine municipal Info Ondres N°56

InfoOndres-56Le magazine municipal N° 56 est sorti d’imprimerie. Sa distribution en boites aux lettres a débuté. 

Au sommaire de cette édition : un point d’info sur la dune d’Ondres qui a subi les dégâts de la tempête, l’actualité culturelle à venir de la Communauté de communes et celle de Capranie (attention le concert de Chloé Lacan est finalement reporté au 18 octobre), l’actu des associations, le centenaire de Jeanne Labat, et dans les infos pratiques un focus sur les procédures de vote aux élections municipales et communautaires.

Bonne réception et bonne lecture à tou(tes).

Vous pouvez aussi le consulter en ligne…

Voici l’éditorial du maire pour cette édition :

Soixante, peut-être soixante-dix, c’est le nombre d’éditoriaux publiés pendant treize ans. Je suis heureux et fier d’avoir écrit 13 ans de notre histoire locale. Je ne parlerai pas dans ces quelques lignes des réalisations qui ont jalonné ces deux mandats, la règle me l’interdit en cette période. « Des mots, rien que des mots » diront les sceptiques, « paroles, paroles » affirmeront les médisants. Je veux dire ici que ces mots, je les ai écrits avec lucidité et honnêteté, les discours qui s’y ajoutent, je les ai prononcés avec humilité, mais, toutes les phrases, je les ai rédigées avec fierté.
Au réalisme gestionnaire que requiert ma fonction, j’ai toujours mis le cœur au centre de ma démarche. Sans me faire plagiaire j’affirme ici que « ce que l’on aime bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ». Je voudrais tant que mes mots aient traduit l’attachement que j’ai pour Ondres, je voudrais tant à travers ces mots avoir fait partager cet amour.
Le dernier discours des vœux était m’a-t-on dit empreint d’émotion…j’y annonçais mon éloignement momentané de la commune. C’est de Bordeaux que j’écris ces quelques lignes…mon stylo, croyez moi ne se détache pas de ce fil d’Ariane invisible qui le lie à ma ville, qui l’attache à jamais à vous toutes, à vous tous.
J’approche en cet instant de l’épilogue. Alors, cet éditorial je le dédie à Grégory, à Thomas que la route nous a si brutalement enlevés, je le dédie à Geoffrey qui a tellement lutté contre le handicap. C’étaient des enfants de la ville, ils étaient notre avenir, ils sont notre passé.
La raison, je crois l’avoir exprimée tout au long de multiples décisions, je voudrais que le cœur transparaisse en ce dernier éditorial.
Le cœur et la raison, j’en ai fait ma devise, le cœur et la raison, je m’autorise à en donner message pour la suite.
Voilà en quelques mots ma vérité.

Bernard Corrihons,
maire d’Ondres

Les commentaires sont fermés.





Lu dans le quotidien Sud Ouest :