Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Voter aux élections municipales des 23 et 30 mars

À Ondres les quatre bureaux de vote de la commune sont situés à la salle Capranie. Les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 18h. 

Le jour des élections il n’est pas obligatoire de présenter sa carte électorale, en revanche il est impératif de fournir un justificatif d’identité parmi les documents suivants autorisés :
– Carte nationale d’identité
– Passeport
– Titre de séjour (si vous êtes Européen)
– Permis de conduire
– Carte vitale avec photo
– Carte de famille nombreuse avec photo délivrée par la SNCF
– Permis de chasser avec photo délivré par le représentant de l’État
– Livret de circulation, délivré par le préfet
– Carte du combattant, de couleur chamois ou tricolore
– Carte d’identité ou carte de circulation avec photo, délivrée par les autorités militaires
– Carte d’identité de fonctionnaire de l’État, de parlementaire ou d’élu local avec photo
– Carte d’invalidité civile ou militaire avec photo
– Récépissé valant justification de l’identité, délivré en échange des pièces d’identité en cas de contrôle judiciaire
Attention : à l’exception de la carte nationale d’identité et du passeport, ces documents doivent être en cours de validité.

Vote par procurationVous êtes absent lors des élections ? Votez par procuration.
Il est nécessaire de choisir un électeur inscrit sur les listes électorales d’Ondres.   
– Utilisez le formulaire Cerfa disponible en ligne ou auprès des guichets des autorités habilitées ci-dessous.
– Enregistrez-le au commissariat, à la gendarmerie ou au tribunal d’instance de votre domicile ou de votre lieu de travail. Une pièce d’identité vous sera demandée.
– Si votre état de santé vous empêche de vous déplacer, vous pouvez demander à ce qu’un personnel de police se déplace à domicile pour établir la procuration (contactez la gendarmerie de Tarnos au 05 59 64 36 49, un certificat médical sera requis).
– L’enregistrement du vote par procuration peut se faire jusqu’à la veille du scrutin.

Les commentaires sont fermés.





Lu dans le quotidien Sud Ouest :