Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

Entre Mais 2013, festival de théâtre de la Communauté de communes du Seignanx

Dans le cadre de son nouveau festival de théâtre Entre Mais, la Communauté de communes du Seignanx vous propose trois pièces « vues et approuvées » par les délégués de la Commission animation au Festival d’Avignon 2012.

Petits crimes conjugaux
D’après l’œuvre d’Éric Emmanuel Schmitt
Compagnie Roseau Théâtre
Mise en scène : M & JC Broche
Interprétation : Manuel Olinger et Marie Broche
Salle polyvalente de Biarrotte
Le 25 janvier 2013 à 20h30

L’histoire :
Gilles est victime d’un mystérieux accident. Amnésique, étranger à lui-même, il revient chez lui auprès de Lisa, sa femme… Qui est-il ? Qui est Lisa ? Comment vivait leur couple ? A partir de ce qu’elle lui raconte, il tente de recomposer son existence. Mais si Lisa mentait ?… Un suspense étonnant sur le couple à la recherche de la vérité…

Pourquoi j’ai mangé mon père
D’après l’œuvre de Roy Lewis
Adaptation et jeu : Damien Ricour
Mise en scène : Patrick Laval
Salle La Mosaïque à Saint-andré-de-Seignanx
Le 1er février 2013 à 20h30

L’histoire :
Ernest, un jeune homme préhistorique du Paléolitique, raconte les aventures de sa famille et en particulier de son père Édouard, féru de sciences et pétri d’idées généreuses. Pour échapper aux prédateurs de l’Afrique orientale, Édouard invente successivement le feu, les pointes durcies à la flamme, l’exogamie et l’arc. Seul l’« oncle Vania » (référence explicite à la pièce de théâtre d’Anton Tchekhov) voit cette débauche de progrès d’un mauvais œil et ne se prive pas de critiquer Édouard, en profitant toutefois de ses dernières trouvailles : si son cri de ralliement est « Back to the trees! », il le pousse volontiers auprès d’un foyer rassurant et la bouche pleine de viande cuite.
Le reste de sa famille est également inventif : Edwige, la mère, découvrira la cuisson des aliments alors qu’Ernest et ses frères se distingueront chacun à leur manière. William tentera de domestiquer un chien, Alexandre, à l’aide de morceaux de charbon, dessinera des images contre les rochers, Oswald poussera, en bon chasseur, la famille à la vie nomade et Tobie découvrira comment produire du feu avec des silex. L’incendie accidentel de la savane, le don du feu à une tribu adverse, puis la découverte de l’arc donnent lieu à de nombreuses controverses conduisant au dénouement tragique qui justifie le titre français.

Résister c’est exister
Spectacle écrit par Alain Guillard d’après des témoignages authentiques
Sur une idée originale de François Bourcier
Mise en scène : Isabelle Starkier
Interprétation : François Bourcier
Compagnie Ze Prod
Salle La Mosaïque à Saint-André-de-Seignanx
Le 22 février 2013 à 20h30. Une première séance destinée aux scolaires (collégiens niveau 3ème) est prévue ce même jour à 14 heures.

L’histoire :
François Bourcier fait revivre dans ce spectacle les résistants et les justes. Ces personnes qui, par de simples petits gestes, au risque de leur propre vie, ont fait basculer l’histoire et capituler l’ennemi. François Bourcier incarne une vingtaine de personnages : retraité, médecin, ménagère, proviseur, étudiant, paysan… tous issus de la Résistance Populaire. Résister ce n’est pas toujours saboter des ponts, c’est parfois crier : « Vive la France » et risquer sa vie. À l’aide de témoignages authentiques, il crée un moment de théâtre vivant, parfois drôle, toujours poignant. Dans cette leçon d’histoire originale, le spectateur trouvera les clés pour comprendre la Résistance d’hier, d’aujourd’hui et de demain.


Tarifs : 8 € (adultes), 5 € (12-18 ans), gratuit (pour les moins de 12 ans). Renseignements : Céline de Barros au 05 59 56 60 41. Places en vente à l’Office de tourisme communautaire du Seignanx à Ondres : 05 59 45 19 19. Vente sur le réseau Ticketnet. Billetterie sur place dans la limite des places disponibles.






Lu dans le quotidien Sud Ouest :