Ville d'Ondres

Naturellement

Ville d'Ondres

L’école maternelle

Ecole maternelle d'OndresL’école maternelle d’Ondres est située chemin de Tambourin.

Monsieur Laurent DRIOLET est directeur de l’école depuis septembre 2017.

L’école compte six classes, accueillant au total, pour l’année scolaire 2020/2021, 155 enfants, âgés de 3 à 6 ans.

L’équipe enseignante est composée de :
Classe de petite section de  Mme Pascale GRACIET.
Classe de petite section Mme Sarah MOREAU.
Classe de moyenne section de Mme Élise LUSSAGNET.
Classe de moyenne section de M Laurent DRIOLET.
Classe de moyens grands de Mme Cécile KAZANDJIAN.
Classe de grande section de Mme Laurence FOURRE.

ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) : Mme Sandrine CALLEJA, Mme Vanessa DE PAZ en remplacement ponctuel de Mme Babeth TOUR, Mme Nicole DURU / Mme Mélanie BONNET, Mme Cécile RECHOU, Mme Elisa CASTAINGS, Mme Valérie BIARROTTE.

Horaires de l’école maternelle :
– le matin de 8h30 à 11h45 (lundi, mardi, jeudi et vendredi);
– l’après-midi de 13h45 à 16h30 (lundi, mardi, jeudi et vendredi).

Téléphone de l’école maternelle : 05 59 45 23 83.


RENTRÉE 2021 à la maternelle d’Ondres

Les inscriptions des élèves pour la rentrée scolaire 2021 auront lieu à l’école maternelle :
Chaque mardi matin de 9h30 à 11h30, à partir du mardi 19 janvier 2021.
PREMIERE DÉMARCHE : Venir en Mairie aux affaires scolaires avec votre livret de famille ainsi qu’avec un justificatif de domicile afin que puisse être établi le certificat d’inscription
DEUXIEME DÉMARCHE : Vous rendre à l’école maternelle au jour et à l’horaire indiqués ci- dessus, vous munir du livret de famille et du carnet de santé de l’enfant et ce afin de valider l’inscription.
IMPORTANT : Il n’y aura pas d’inscriptions en cours d’année. Seuls pourront être alors acceptés les enfants dont les parents justifieront d’une installation dans la commune postérieure aux dates indiquées ci-dessus. Les enfants nés en 2018 seront admis à fréquenter l’école dans la mesure des places disponibles.

 





Lu dans le quotidien Sud Ouest :